Sunless

28 novembre 2006

[Nuit du lundi 27 novembre au mardi 28 novembre 2006]

« Fantasme photographique »

Copie_2_de_n___42_Cela faisait des mois que j'attendais cela... Et puis le moment est arrivé, sans prévenir. Il est passé, il m'a dit bonjour et il m'a souri, puis m'a affirmé qu'il était bien arrivé. Alors, ma promise photographique est venue, tel un souffle comme j'aime le sentir. Elle s'est assise après avoir enlevé son long manteau noir et nous avons discuté avant qu'elle enlève la pince qui était attachée dans ses cheveux. J'ai senti que cela serait bientôt à moi... Je me sentais plus à l'aise qu'à l'habitude. Alors que je ne lui avais rien dit, elle commençait à enlever son haut coloré noir et mauve rempli de petites perles, j'aperçu une partie de son soutien-gorge. J'appréciai son initiative mais je l'arrêtai pour lui demander de la photographier avant tout habillée. Car elle avait de très jolis habits, qui, qui plus est, la mettaient en valeur. Sa poitrine était l'un de mes fantasmes photographiques et je ne pouvais plus attendre. Je lui demandai d'enlever alors d'enlever son t-shirt, ce qui laissa enfin le plaisir de contempler entièrement son soutien-gorge, simple, sans prétention aucune, pas très modeste non plus, mais refermant un véritable trésor. Ensuite, ce fut au tour de son pantalon noir velours d'être enlevé. Elle retira soigneusement chacun des boutons puis descendit doucement la fermeture éclair, ce qui laissa apparaître sa culotte puis complètement en laissant tomber son pantalon, comme pour me provoquer. Ses jambes étaient sensuelles. Je l'ai d'abord photographiée ainsi, en sous-vêtements. J'aime jouer avec les formes encore cachées. Après cette séance dans la séance, je lui demandai de retirer son soutien-gorge, ce qui me laissa à présent admirer sa poitrine généreuse et pulpeuse, je lui fis la même demande, mais pour sa culotte. Mais avant cela, elle me dit tendrement: « merci, merci de me respecter pour ce que je suis, c'est-à-dire une femme, rares sont les hommes qui ont cette sensibilité... » Ma simple réponse fut un ridicule: "oh... eh bien, de rien", ce qui la fit sourire. Puis elle enleva sa culotte révélant son sexe, pure et angélique. Elle ne paraissait pas embarrassée, elle avait conscience de ce que j'étais et de ce que je n'étais pas. Durant une heure, je m'amusai avec ses formes superbes, avec la douce lumière du Soleil qui passait à travers les rideaux, avec les ombres et les contrastes que son corps m'offrait. Comme d'habitude, j'étais un peu gêné, mais moins que d'habitude. Quand j'avais terminé, je me suis dis que j'avais enfin réalisé un bon travail avec un modèle. Elle me quitta en me disant qu'elle avait apprécié ces quelques moments passés en ma compagnie. Elle me souhaita une bonne journée, j'en fis de même, puis elle me dit, avec un léger sourire: « à bientôt... »

Posté par Sleepyhead à 05:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]